lundi 4 février 2013

Je suis une Mère tigre, et alors ? ... Lâchez-moi les rayures !

Une Mère Tigre aime toujours ses enfants !

Nous sommes en 2013, en direct du Sparkling blog, et vous croyez toujours ce que l'on vous dit à la télévision, bonsoir !

Depuis un peu plus d'un an, je vois fleurir partout sur la blogosphère et dans les médias traditionnels, des articles fustigeant à qui mieux mieux, les « Mères Tigres » aux méthodes d'éducation rigoureuses, sévères et visant l'excellence. A l'ancienne, quoi ! C'est sûr que par rapport aux principes d'éducation occidentale actuels, hérités de Mai 68 et de l'ère Dolto, qui font de notre progéniture des enfants-rois tout-puissants, cela bouscule et pas qu'un peu.

Je m'étais déjà interrogée sur le sujet, ayant moi-même des origines asiatiques et étant éduquée de manière stricte (tu peux aller voir mon article ici : Maman Tigre ou l'éducation à la Chinoise ...). Eh bien, j'ai choisi. Mon Tibouchon va avoir 7 ans cette année et ma Chouquette a 19 mois. Quand j'entends les gens remarquer que mes enfants sont sociables, polis et respectueux, je n'en suis que très fière. Ce sont les priorités de mon éducation. Mes pimousses saluent toujours les adultes, disent toujours merci et au revoir en partant. La discipline est essentielle. L'insolence n'est pas tolérée. J'édicte des règles fondamentales qui sont de mise à la maison, à l'école et en dehors : elles ne sont pas négociables. Aucun compromis. Toute entorse est sanctionnée. Croyez-vous que mes enfants sont maltraités, déséquilibrés ou au bord du suicide ?

Mon grand garçon a fait sa rentrée au primaire cette année. Il a sauté le CP car il a su lire et compter en apprenant tout seul. Pas de séance de coaching intensif ni de méthode d'apprentissage ultra-révolutionnaire. Nous avons fait ce choix pour qu'il se sente mieux dans ses baskets et éviter qu'il ne décroche. Depuis son entrée au CE1, je surveille ses devoirs, je lui fait rattraper les notions qu'il n'a pas acquises en faisant des exercices supplémentaires, je lui fait recopier son exercice s'il n'y a pas mis le soin nécessaire, je lui fait faire des pages d'écriture pour qu'il améliore ses pattes de mouches. Je veux constamment qu'il progresse, je lui enseigne la persévérance et la valeur du travail. Il sait que s'il se fait punir à l'école parce qu'il s'est mal conduit, la punition est automatiquement doublée à la maison. Résultat : il se dissipe peu, s'applique plus en classe et ne rencontre aucune difficulté particulière. A côté de cela, il fait de la capoeira le mercredi après-midi, il va au musée voir des expositions sympas, il fait des crêpes ou de l'origami le dimanche après-midi, il joue au foot avec les copains devant la résidence, il va aux anniversaires et file à vélo à travers le parc ... et on mange même des frites à la maison !

J'apprends à ma Chouquette à manger seule et proprement, je la mets déjà sur le pot depuis septembre dernier, je lui apprends à compter jusqu'à 10 en français et en anglais, je lui fait faire des tours avec ses cubes, je la reprends sur les mots qu'elle ne prononce pas bien ... En est-elle plus angoissée pour autant ?

Je l'avoue donc sans complexes : je suis une Mère Tigre, et alors ? Qu'y a-t-il de mal à vouloir le meilleur pour ses enfants ?

Pourquoi ? Il est toujours plus facile de serrer les boulons maintenant que d'essayer de donner des tours de vis une fois la machine grippée. Après, il sera toujours temps de lâcher du lest. Je préfère avoir le mauvais rôle maintenant, comme l'ont eu mes parents il y a une trentaine d'année. Aujourd'hui, je leur dis merci (même si ce n'est pas pour tout ... mais personne n'est parfait, je ne vais pas vous l'apprendre). Si je suis aussi exigeante, c'est pour les préparer au mieux à leur vie future. Le monde dans lequel nous vivons, ce n'est pas le Club Med ! La pression est énorme : dans 30 ans, si mon fils a une vie minable, vivotant de petits boulots et peinant à faire vivre sa famille, je me sentirais alors coupable d'avoir négligé de l'éduquer et de l'instruire. Voilà le mot : négligence. Une chose que je ne me pardonnerai jamais. Est-ce que j'en serais là si mes parents avaient été laxistes et ne m'avaient pas posé de limites, pour mon bien-être mental et mon épanouissement ? Mes parents nous punissaient à coups de baguettes de bois ou de plumeau en bambou. Suis-je une psychopathe refoulée ou une mère haineuse avec un complexe d'infériorité aussi gros que le QI d'Einstein ? (celui qui répond oui, je le finis à coups de tong en plastique !)

Bien qu'elle trouve ses origines dans les préceptes chinois, la Tiger Mom n'a pas toujours été l'apanage des mères chinoises ou japonaises. De plus en plus, j'en ai des exemples autour de moi : ces mères sont antillaise, camerounaise, pakistanaise, tunisienne, mexicaine, cambodgienne, vietnamienne et même française ! Oui, madame ! Toutes sont sévères et exigeantes, toutes à des degrés différents. Ce que certains n'ont pas encore compris, c'est que les reportages ciblent souvent des cas extrêmes (notez bien qu'il y a des dérives partout, dérives qui font les choux gras de beaucoup) et que les raccourcis sont très vite faits. Un reportage de l'émission 66 Minutes ... laissez-moi rire ! La séquence aurait bien moins choqué l'opinion si elle avait montré le quotidien d'une famille menée, badine au poing, par une « Mère Tigre » canadienne ou belge. 

Par cet article, je ne tente pas de faire l'apologie de ce mode d'éducation (genre, il faut éduquer vos enfants comme les miens, c'est LA meilleure façon) ou de cracher sur l'éducation non-violente et plus permissive (ouais, tous des hippies yeah). Ce n'est pas mon but, chacun voit midi à sa porte. C'est juste pour vous donner des pistes pour mieux comprendre cette façon d'éduquer, face à des jugements hâtifs basés sur des clichés. Je précise également que je suis ouverte à la discussion (par mail ou dans les commentaires), mais que je n'autorise aucune insulte.

Et je le rappelle, je ne cautionne pas les extrémistes.

Voilà, maintenant vous pouvez éteindre Internet et reprendre une activité normale.


A'tchao, bonne semaine !

C'était mon pavé chinois pour la mare de la Mère Cane.







15 commentaires:

  1. Ah je kiff ton pavé chinois, ceci dit la menace de coups de tongs me fait un peu flipper je ne sais pas si je peux commenter ^^
    En tous cas moi il va me faire réfléchir cet article alors merci!

    RépondreSupprimer
  2. Je passe mon chemin j'ai peur des tongs!

    RépondreSupprimer
  3. Chacun son mode d'éducation....Je comprends le tien, moi aussi pour certains principes je suis intransigeante: la politesse, l'école etc Mais j'avoue que les reportages sur certaines mères tigre beaucoup trop extrémistes goût me font peur!! Dans certains cas, c'est vraiment trop pousser et je plaind ces enfants!! Mais c'est comme partout hein, yen a toujours qui en font trop et après on généralise ;) L'important, c'est qu'ils soient heureux :)

    RépondreSupprimer
  4. Ah bah tu vois, moi, je suis plutôt de l'autre coté de la barrière et c'est lassant aussi les proches (je ne parle ni de toi ni de ton article, je précise) qui me disent que je suis trop laxiste, c'est limite si on ne me prédit pas qu'il va finir délinquant...
    Pourtant, ma façon de faire n'est pas non plus dénué de limites (la politesse, le respect de l'autre et de ses affaires, ne pas se mettre en danger ou mettre d'autre en danger essentiellement)
    Pour les devoirs, je ne m'avance pas, on verra bien comment on gère quand on sera concerné.
    Après, chacun(e) fait de son mieux, avec son vécu et ses convictions. Je suis tout à fait consciente que si je fais de cette manière, c'est en rapport avec ce que j'ai vécu petite et le fait que je pense que mon manque de confiance en moi y est lié. Et j'ai pas envie que mon fils souffre comme moi (parce que le manque de confiance en soi, c'est vraiment pas terrible...)
    Voilà voilà.
    (et NON aux extrémistes de tout poil. ^^)(Bon... Euh... pas de coups de tongs hein. ;) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (et quand je parle de manque de confiance en soi, je ne parle que de mon cas perso et particulier hein. ;))

      Supprimer
  5. moi aussi j'ai peur des tongs !! lol
    Je confirme mes deux premiers on leur a serré la vis et on le fait toujours mon mari et moi, la troisième on a été plus a l'écoute (un peu bouffé par la culpabilité et le doute ) et ben c'est un veritable TYRAN hyper angoissé donc progressivement au la met au diapason comme les autres et le quatrième ça sera la même chose. Moi aussi je suis pour le "bonjour madame" "aurevoir madame", met tes mains à table , tiens toi droit.....et dans les lieu public on reste groupé et les mains dans le dos on ne touche à rien. Par contre je n'insiste pas trop sur l'excellence je les encourage à faire de leur mieux et a connaître parfaitement leur leçon. Dès que les enfants bossent ne sont pas livré à eux même c'est marrant mais le niveau scolaire s'en ressent. Tout à fait d'accord avec ton pavé chinois.

    RépondreSupprimer
  6. Je plussoie ton pavé chinois :)
    Fiston va très bien : c'est un adulte équilibré et bien dans ses baskets :)
    Des règles strictes qui n'évoluent pas et d'autres qui s'adaptent à l'âge de l'enfant sont nécessaires à la construction de sa personnalité et à son épanouissement...

    RépondreSupprimer
  7. j'ai été élevée de cette manière...
    chez mes parents, chez mes grands parents il y avait des règles à respecter, c'était ainsi et aujourd'hui, je n'ai à en redire de cette éducation
    mon conjoint pareil (et pourtant nous ne sommes pas des mêmes origines)...
    et cette éducation, nous la transmettons aujourd'hui à nos filles, c'est ainsi
    je ne suis pas non plus une traumatisée de la vie et d'ailleurs, mes filles non plus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ouhhh je viens de me relire "nous n'avons pas" et pas "nous ne sommes pas"....

      Supprimer
  8. Oué bah on a pas le même point de vue à ce sujet alors! Mais chacun fais comme il veut!
    Perso,je suis plutôt un mère à l'opposée de la tigresse mais je me retrouve dans certains principes comme la politesse qui est pour moi la base de tout!
    Valà ça me donne envie d'en faire d'article sur le sujet!

    RépondreSupprimer
  9. Moi je suis plutôt d'accord, plus facile de serrer la vis maintenant qu'après et de faire évoluer les règles en fonction de l'évolution et de la maturité de son enfant. Je ne pousse pas ma fille, qui a presque 19 mois, mais je compte aussi avec elle, la met au pot et lui apprend certaines règles et valeurs...elle en fera ce qu'elle voudra ! Je travaille aussi beaucoup son imaginaire, mais au quotidien en racontant de petites histoires. Apprendre en s'amusant, avoir des règles, mais laisser filer certaines choses pour qu'ils comprennent d'uex mêmes... Telle est ma vision des choses !

    RépondreSupprimer
  10. Purée je m'en doutais, je suis une mère Tigre !! Ah mais merde je suis française, tu crois qu'il faut que je contacte la télé tout de suite ???

    j'ai repéré un bouquin pour toi aux USA !! je t'envoie la photo :-)

    RépondreSupprimer
  11. D'abord bravo pour ton article. Tu as mon soutien et mon admiration à 100% !

    Il n'est pas évident de définir la limite à partir de laquelle on est dans le registre de l’éducation stricte ou assimilable à ce qu'on appelle aujourd'hui la "maman tigre" (terme entre parenthèses que je réprouve en tant que monsieur :))

    Tu en as donné quelques principes qui sont effectivement essentiels. Cela permet de mieux comprendre et à chacun de se positionner par rapport à son propre modèle d'éducation. A ceux qui ne sont pas convaincu j'ai envie de leur dire rendez vous dans 20 ans ;)

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour,

    Je viens de tomber sur votre blog, et je suis une personne contre l'éducation à la tigre. Enfin, c'est vrai qu'il faut encourager ses enfants tout ça, parce que la vie est dure, mais le problème de l'éducation tigre c'est qu'elle peut avoir des effets destructeurs sur ses enfants quand elle est poussée à l'extrême. Votre éducation semble quand même équilibrée ^^. Je ne sais pas si vous avez lu l'article d'Amy Chua sur l'éducation des mères tigres (sur le New York Post ou le Times, je ne sais plus...), qui se définit comme donnant à ses enfants la véritable éducation à la tigre. J'ai trouvé son article très choquant. Et la preuve que ça ne marche pas : à vouloir diriger la vie de sa cadette, notamment en lui imposant des cours de violon lorsqu'elle était petite, le résultat est qu'après un petit accrochage (sur un truc futile) avec sa mère dans un restaurant, elle s'est levée et elle a pété un plomb devant tout le monde, en disant à sa mère qu'elle déteste sa vie, qu'elle déteste le violon et qu'elle haïssait sa mère plus que tout.
    Après, je ne sais pas si c'est un cas extrême, je me base uniquement sur ses propos. On peut également lire dans les commentaires (très nombreux !) des témoignages d'adultes ayant reçu l'éducation à la tigre dans sa forme la plus traditionnelle : la plupart disent qu'ils détestent leurs parents, que leur enfance a été détruite, qu'ils suivent des psychothérapies... Pas si bien que ça au final.

    RépondreSupprimer
  13. @ Anonyme du 30 mars 2013 :
    Si vous repassez par là un jour, je vous conseille la lecture du livre d'Amy Chua. Pour situer cette anecdote dans son contexte, nous sommes face à une ado qui se rebelle, qui fait une crise dans un restaurant. Plus tard cette jeune fille abandonne le violon et se lance dans le tennis. Et sa mère la laisse faire.
    Si vous ne voulez jamais vous disputer avec votre enfant, si vous voulez être son ami, le modèle de la mère tigre n'est effectivement pas pour vous. Personnellement, je ne veux pas que mes enfants me prennent pour leur amie, je me fiche qu'ils me disent que je suis méchante ou moins gentille que les autres mamans.
    Des personnes qui suivent des thérapies il y en a plein, quel que soit le modèle éducatif retenu par les parents.
    le but d'une éducation exigeante, c'est d'inculquer dès le plus jeune âge des comportements et des méthodes qui permettent à l'enfant de s'adapter à des milieux exigeants. Peu importe si ma fille ne veut pas aller dans une grande école d'ingénieurs. Ce que je souhaite c'est qu'elle sache se concentrer plutôt que de zapper d'une activité à l'autre, qu'elle sache travailler des matières arides à première vue et pas seulement apprendre en s'amusant comme c'est actuellement la mode. Si l'on a de bonnes méthodes de travail et un comportement adapté, on peut réussir dans le domaine de son choix.
    Le tort de certains parents exigeants c'est parfois de projeter leurs rêves passés sur leurs enfants. Par exemple, vouloir en faire à tout prix un médecin, un avocat, un architecte (c'est selon). Tant que mes enfants se donnent à fond et que ce métier leur permet de gagner leur vie, ils feront ce qu'ils souhaitent.
    La rigueur est la clef de la réussite.

    RépondreSupprimer

Fais des bulles, toi aussi ...